Assaut du capitole : François Jolivet ose le comparer aux Gilets Jaunes et à Mélenchon

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 6 janvier 2021, le monde a vu avec stupéfaction une bande d’extrême-droite prendre d’assaut le parlement américain, après un discours de Donald Trump. Il s’agissait pour ces militants, identifiés pour la plupart comme membres de groupuscules suprémacistes blancs ou même néo-nazis, d’empêcher les sénateurs et députés de confirmer l’élection du Président démocrate Joe Biden. La tentative de putsch, avortée, s’est soldée par la mort de 5 personnes. Le scénario ressemblait à s’y méprendre aux coups d’Etat soutenus par les Etats-Unis en Amérique latine. La semaine dernière, ils en ont été eux-mêmes les victimes.

La récupération politicienne de LREM

Dès le début de l’évènement, les condamnations ont commencé à pleuvoir ainsi que les messages de soutien pour les parlementaires américains. D’abord silencieux, beaucoup de responsables du parti présidentiel LREM ont tenter de tirer profit de la situation pour diaboliser leurs adversaires en France. C’est ainsi qu’ils ont été nombreux à associer cette tentative de coup d’Etat d’extrême-droite aux gilets jaunes et même à … Jean-Luc Mélenchon !

Jolivet, les gilets jaunes et Mélenchon

Dans l’Indre, le député François Jolivet a lui aussi participé à cette récupération. Dans un premier tweet, il écrit : « je constate que nous avons aussi des énergumènes qui appellent à marcher sur l’Elysée », faisant référence à la volonté des gilets jaunes de manifester devant l’Elysée pour rendre visible leur opposition frontale à la politique d’Emmanuel Macron. Evidemment, les gilets jaunes n’ont jamais voulu participer à un putsch pour défendre un président défait et ses idées xénophobes. Ils manifestaient au contraire sous des mots d’ordre d’égalité et de démocratie.

Dans un second tweet, François Jolivet met sur le même plan Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon : « Il est important que la digue Républicaine tienne. Plus que jamais déterminé à lutter contre l’extrême gauche de Jean-Luc Melenchon et l’extrême droite de Marine Le Pen ». Là aussi, on ne peut que relever l’absurdité des propos du député. Jean-Luc Mélenchon est un adversaire déclaré de l’extrême-droite, famille à laquelle appartiennent Donald Trump, ses partisans et Marine Le Pen. Cette dernière n’a jamais caché son admiration pour le Président américain. On ne peut en revanche pas accuser le leader de la France insoumise d’être complaisant avec Trump et l’assaut du capitole, quelque soit par ailleurs son opinion sur le personnage et ses idées. M. Mélenchon a d’ailleurs condamné sur twitter cette attaque violente sans aucun ambiguïté.

La réponse d’Antoine Léaument

Plus grave que ce petit mensonge politicien est le fait qu’il empêche de mettre l’extrême-droite française face à ses responsabilité. Depuis 2015, elle crie son amour pour Donald Trump et pour les mouvements d’ultra-droite américain qu’elle considère comme des modèles. Alors qu’on voit aujourd’hui jusqu’ou ce chemin peut conduire, ne faudrait-il pas plus s’inquiéter de cela que de Jean-Luc Mélenchon ou des gilets jaunes ? C’est ce qu’a voulu rappeler Antoine Léaument qui, répondant à François Jolivet sur twitter, a fait remarqué que « seule Marine Le Pen soutient Trump » et que « pour faire tenir la «digue républicaine», il faut savoir dire d’où vient le danger ! ».


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire