Vives réactions après une remarque sexiste de Gil Avérous

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Pas d’intervention ? Madame n’étant pas là, on y échappe. Vous pourrez la remercier parce qu’on va gagner une heure à peu près ». Ce furent les mots de Gil Avérous lors du dernier conseil communautaire de Châteauroux métropole, au moment de discuter de l’égalité femmes-hommes. Il parlait de l’absence d’une élue du Parti Communiste Français de Déols. De nombreuses personnes assistant à la scène ont été stupéfaits des clichés arriérés véhiculés par cette phrase. Elle laisse penser que, pour le maire de Châteauroux, parler de la cause des femmes est une lubie et une perte de temps. Sans doute ne sait-il pas qu’en France, une femme meurt environ tous les deux jours sous les coups de son conjoint ou son ex. Sans doute ne sait-il pas que les femmes sont toujours payées 20% de moins que les hommes, à qualification égale.

Danielle Faure réagit en féministe

Les réactions n’ont pas tardé à arriver à la suite de ce propos désobligeant. L’intéressée d’abord a publié un communiqué publié sur le site de la fédération communiste de l’Indre. Danielle Faure indique qu’elle était « exceptionnellement absente pour raison familiale ». Elle rappelle le b-a-ba du débat démocratique : « On peut avoir des désaccords sur les choix politiques et rester respectueux des personnes ». Enfin, elle réaffirme ses convictions et son combat féministe : « en tant que militante de la cause des femmes depuis longtemps, j’ai et j’aurai encore des choses à dire sur ce sujet comme sur d’autres d’ailleurs ».

Soutiens du côté de La France Insoumise

Du côté de la France insoumise aussi, on a apporté son soutien à l’élue communiste. Antoine Léaument a indiqué qu’il apportait tout son soutien à Danielle Faure, « victime de propos insultants de Gil Avérous ». Il appelle à « faire du neuf », car « le machisme n’a pas se place en politique ». Le responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon ne fut pas le seul. Aymeric Compain, chef de file de LFI pour les élections régionales a lui aussi publié un statut sur sa page Facebook pour dire sa « solidarité » avec Danielle Faure. Il indique : « ayant travaillé avec Danielle Faure notamment lors des élections départementales de 2015 sur le canton Châteauroux-Déols, je sais qu’elle n’aurait effectivement pas manqué d’apporter sa contribution et son expérience sur ce sujet, et elle aurait eu raison ».

Le retour du « petit Jupiter »

Ce n’est pas la première fois que le trait méprisant de Gil Avérous ressort dans le cadre d’une réunion de conseil. Lors du mandat précédent, la Nouvelle République avait déjà relaté des incidents dans lesquels le maire parlait en plein conseil municipal d’un élu d’opposition comme d’un « minable » et s’énervait contre lui disant n’en avoir « rien à faire » de son intervention. Pour les gilets jaunes qui avaient voulu lui remettre une pétition contre l’armement de la police municipale avec des LBD, il s’agissait clairement d’un « petit Jupiter ». Quant à Aymeric Compain, il indique qu’en tant qu’élu municipal (de 2014 à 2020), il a pu assister à « de nombreuses reprises » à « son mépris vis-à-vis de toute forme d’opposition ».


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire