« La France mérite mieux que des députés aussi nuls » : Antoine Léaument indigné par François Jolivet

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces dernières semaines, la France est plongée dans un débat sur la dérive liberticide du pouvoir macroniste. Entre la proposition de loi sécurité globale, les images de violences contre un campement d’exilés sans-abris place de la République et le passage à tabac de Michel, producteur, par plusieurs policiers dans le 17ème arrondissement de Paris, les voix sont de plus en plus nombreuses à s’élever pour dénoncer une police hors de contrôle et un gouvernement qui l’encourage. Il s’est même trouvé une députée LREM pour dénoncer un « Etat autoritaire » du gouvernement qu’elle soutenait jusque là.

François Jolivet et les Droits de l’Homme

Mais, dans l’Indre, ce n’est pas le cas du député François Jolivet. Droit dans ses bottes, le macroniste défend à longueur de tweets Gérald Darmanin, sa proposition de loi et prend pour cible Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise. Ce soutien inconditionnel et automatique à l’action de la police et du gouvernement, même quand il est discutable, n’a pas manqué de faire réagir Antoine Léaument, responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon et castelroussin.

Mardi 24 novembre, dans la soirée, les vidéos des brutalités de la place de la République commence à circuler sur Tweeter. François Jolivet réagit alors de manière déconcertante : « les autorités sont au travail, nul besoin de diffuser des visages pour cela ». Circulez, il n’y a rien à voir. Antoine Léaument, dans un statut posté sur son profil Facebook ne mâche pas ses mots. Il lui rappelle au député la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, pièce centrael de notre édifice constitutionnel dont les articles proclament notamment la protection contre l’arbitraire, le droit pour tout citoyen de demander des comptes aux dépositaires de l’autorité ou le fondement de la force publique : « l’avantage de tous ». « Que monsieur Jolivet lise cela et réfléchisse deux minutes avant de tweeter n’importe quoi. La France et la République mérite mieux que des députés aussi nuls que lui », conclut-il.

Article 24

Quelques jours plus tôt, c’est au sujet de l’article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale que les deux hommes s’étaient accrochés. Cet article, condamné par le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, 160 associations de protections des droits et les syndicats de journalistes, prévoit d’interdire de diffuser des images de visages des policiers. Partout dans la presse étrangères elle est considérée comme une restriction extraordinaire de la liberté d’expression pour la France, souvent perçue comme « la patrie des Droits de l’Homme ». Alors que François Jolivet se vantait sur les réseaux d’avoir voté contre la motion de rejet déposée et défendue par Jean-Luc Mélenchon, Antoine Léaument l’a renvoyé dans ses cordes. Il a pointé la contradiction d’être « d’accord avec la surveillance généralisée et la reconnaissance faciale par drone » mais contre « qu’on filme et diffuse les violences policières ». Il a fini par un appel aux électeurs indriens : « Retenez bien son nom : François Jolivet. C’est le bulletin à ne pas mettre dans l’urne en 2022 ».

Un rassemblement contre la loi sécurité globale et pour la liberté aura lieu à Châteauroux, place de la République à 15h. La France insoumise appelle à le rejoindre.

Signez pour la candidature de Jean-Luc Mélenchon sur Nous Sommes Pour !

Pour s’engager à la France insoumise dans l’Indre :

Vous pouvez également partager cet article sur les réseaux sociaux en cliquant sur les boutons ci-dessous.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire