INDRE (36) – La France insoumise s’organise pour mener la bataille sociale avec les salariés

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le samedi 13 juin 2020 se tenait à Châteauroux une assemblée de la France insoumise regroupant plusieurs groupes d’action et environ 25 insoumises et insoumis de tout le département de l’Indre. L’objet de cette assemblée était de faire un bilan de la séquence électorale et militante passée et de réorganiser les groupes d’action alors que de nouvelles personnes voulaient se joindre au collectif tandis que d’autres avaient signalé leur intention de se séparer du collectif à l’issue des élections municipales.

Bilan de la séquence municipale

Nous avons commencé la réunion par un bilan de la séquence municipale avec une bonne nouvelle puisque nous comptons désormais un maire au Pont-Chrétien-Chabenet : Guillaume Chaussemy.

Nous avons ensuite fait le bilan de l’élection municipale à Châteauroux où les insoumis soutenaient la démarche «Châteauroux Citoyen». Si le score était décevant quoiqu’intimement lié à la forte abstention due au coronavirus, plusieurs personnes ont signalé les aspects positifs de cette campagne et notamment la création d’un groupe militant actif qui a donné envie à certaines personnes de rejoindre La France insoumise à l’issue de la campagne. Ont été également signalées comme bonnes nouvelles la qualité du programme «Châteauroux, commune du peuple» ainsi que les méthodes d’action développées de manière massive pendant la campagne : porte-à-porte, actions utiles (ramassage de déchets, collecte de produits d’hygiène et de nourriture pour les plus pauvres, etc.).

Organisation des actions : bataille sociale, assemblées citoyennes

Nous avons décidé que la France insoumise 36 soutiendrait sans faille toutes les luttes sociales dans notre département, participerait et appellerait à participer à toutes les manifestations ou actions pour lutter contre les fermetures d’entreprises et/ou les licenciements collectifs, et apporterait son appui et son soutien logistique et pratique aux salariés et à leurs organisations collectives qui en feraient la demande ou en éprouverait le besoin.

Pour le faire, et pour faire connaître et développer la France insoumise dans notre département avec cet objectif, nous avons décidé d’organiser des actions régulières en projetant nos forces militantes sur une ville / un village par mois. L’idée est de proposer aux habitants de participer à des « assemblées citoyennes » organisées par la France insoumise pour permettre aux gens d’exprimer leurs idées et de préparer ces évènements à l’avance pour nous donner le temps de les faire connaître. Pour la ville de Châteauroux, nous avons décidé de continuer à participer aux actions qui seront organisées par le collectif Châteauroux Citoyen, tout en continuant à proposer des actions.

Bilan sur les groupes d’action

Nous avons ensuite fait le point sur le départ de quelques personnes qui avaient soutenu une liste concurrente à celle de Châteauroux Citoyen, dont le groupe d’action avait été suspendu lors de la campagne municipale, puis qui avaient indiqué leur volonté de quitter la France insoumise à l’issue de l’élection municipale. Quoique ces personnes aient été invitées à se joindre à l’assemblée de la France insoumise pour tenter de recoller les morceaux, celles qui ont répondu ne l’ont fait que de manière négative. Nous avons donc collectivement considéré comme définitif le départ de ces membres.

Mais puisque la nouvelle principale de la journée était surtout la venue de nouveaux membres et la volonté de réorganiser efficacement les groupes d’action, nous avons consacré l’essentiel de la réunion à cela. Il a donc été décidé de renommer des groupes pour les faire davantage coller à leur réalité géographique et d’en créer de nouveaux pour permettre aux insoumis qui le souhaiteraient de nous rejoindre en s’investissant dans des groupes d’action. Au final, les groupes d’action sont donc :
– Le comité d’appui de Châteauroux
– Le groupe d’action « Châteauroux Saint-Jean / Saint-Jacques », anciennement « Châteauroux #1 »
– Le groupe d’action « Châteauroux Est / Saint-Denis », anciennement « Châteauroux #2 »
– Le groupe fonctionnel « Ouste ! Journal insoumis »
– Le groupe d’action « Saint-Maur / Châteauroux Vaugirard/Saint-Christophe », à créer
– Le groupe d’action « Issoudun », anciennement « Insoumis issoldunois »
– Le groupe d’action « Buzançais-Villedieu », anciennement « Val-de-l’Indre »
– Le groupe d’action « Le Blanc / Brenne »
– Le comité d’appui « Villes du canton d’Argenton-sur-creuse »
– Le groupe d’action « Argenton-sur-Creuse »
– Le groupe d’action « Saint-Gaultier insoumise »
– Le groupe d’action « Éguzon-Chantôme »
– Le groupe d’action « La Châtre »

Organisation du collectif insoumis

Afin de faciliter notre organisation et d’augmenter notre efficacité dans la communication vers l’extérieur, nous avons acté l’existence de plusieurs outils et décidé la création de nouveaux. Il s’agit :
– De la liste Telegram de discussion réservée aux membres de la France insoumise, pour échanger rapidement et prendre des décisions collectives au consensus
– De la création d’une chaîne Telegram publique, ouverte à tous, pour recevoir les informations de la France insoumise 36
– De la création d’une liste de discussion chargée de proposer au collectif des communiqués de presse pour discussion et validation puis chargée de leur envoi à la presse
– De la création d’un groupe Facebook d’échange et d’action pour diffuser les communications de notre collectif et proposer à des gens de nous rejoindre.

Discussion sur les élections à venir

Nous avons également discuté des élections à venir. Tout le monde s’est accordé pour dire que l’enjeu central pour changer les choses était de préparer efficacement la campagne présidentielle de 2022 et d’organiser pour cela à la fois le déploiement de notre activité militante et le renforcement de notre collectif. Nous avons abordé à plusieurs reprises le sujet des élections départementales de 2021 en nous disant qu’il faudrait proposer aux citoyens une déclinaison locale du programme «L’Avenir en commun» respectant les compétences du Conseil départemental et qu’il faudrait faire en sorte de proposer cette solution dans un maximum de cantons.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire