Châteauroux – succès pour le rassemblement contre les violences et le racisme

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ils et elles étaient 600, place de la République, samedi 6 juin, pour dire leur soutien avec les victimes de violences policières et dire stop au racisme dans la police. Un nombre impressionnant compte tenu du temps dans lequel cette manifestation s’est organisée. En effet, l’évènement n’avait été annoncé que le mercredi 3 juin, 3 jours avant le jour J. Mais rapidement, il avait fait l’objet d’un engouement sur les réseaux sociaux. Cet enthousiasme s’est donc retrouvé IRL devant la mairie de Châteauroux ce samedi.

La jeunesse très présente

La jeunesse des personnes participant à cette mobilisation est à noter. Pour beaucoup de ces filles et garçons, il s’agit d’une toute première expérience de mobilisation sociale. Le rassemblement de Châteauroux semble bien confirmer que se produit un phénomène politique générationnel autour de la question autour de la question des violences policières. Pour cette jeunesse, le multiculturalisme est une évidence et l’inégalité, le racisme et les discriminations des violences. Elle ne peut pas supporter qu’un jeune perçu comme noir ou arabe se fasse contrôler vingt fois plus qu’un jeune blanc.

La question de la police est un sujet de préoccupation majeur. La demande d’un retour à la police républicaine est un défi auquel tous les programmes se doivent de répondre désormais. C’est ce que font d’ores et déjà certains parlementaires. Les insoumis ont proposé par exemple des lois pour l’expérimentation du récépissé en cas de contrôle d’identité, mais aussi l’interdiction des LBD ou des techniques de plaquage ventral létal. Ce 6 juin, Jean-Luc Mélenchon, présent à Marseille où un rassemblement avait aussi lieu s’est par ailleurs déclaré pour la dissolution de la très critiquée inspection générale de la police nationale (IGPN) et son remplacement par une instance indépendante.

Mylène Wunsch démentie

Le rassemblement castelroussin s’est passé dans l’ordre. Il est resté pacifique mais déterminé de bout en bout. La situation sanitaire fut bien prise en compte – malgré l’absence d’obligation à ce sujet. On a notamment vu beaucoup de manifestants porter des masques. De quoi donner tort à l’élue d’extrême-droite Mylène Wunsch qui avait demandé l’interdiction de ce rassemblement au prétexte qu’il aurait présenté des risques en termes de sécurité publique et sanitaire. Une demande sèchement accueillie par les organisateurs. La CGT et la FSU ont accusé le RN de vouloir « surfer sur la vague sécuritaire ». Quand à Châteauroux Citoyen, il parle d’un « crachat à la figure des victimes de violences policières et du racisme ». Ce soir Antoine Léaument a de nouveau souligné l’échec pour Mylène Wunsch que constituent la réussite de l’évènement dans un statut sur les réseaux sociaux où il salue la mobilisation.

Une fédération populaire

Quoiqu’il en soit, les organisateurs peuvent être satisfaits. En effet, ce rassemblement avait pour particularité de fédérer un arc composite d’associations, de syndicats, d’organisation politiques et citoyennes autour d’une cause et d’un objectif. Le RESF, le DAL, la CGT, la FSU, le NPA, le PCF, le Parti de Gauche, la France insoumise et Châteauroux Citoyen étaient de la partie. La particularité réside dans les natures différentes des appelants (associations, syndicats ou partis) et la visée du rassemblement à vocation de mobilisation populaire et non électoraliste. Cette fédération s’est en tout cas largement faite dépassée par l’ample mobilisation ce samedi 6 juin. Et c’est tant mieux.

Vous avez lu cet article jusqu’ici. Il vous a intéressé ?
Abonnez-vous gratuitement à la Newsletter ci-dessous :

Pour s’engager à la France insoumise dans l’Indre :

Vous pouvez également partager cet article sur les réseaux sociaux à l’aide des boutons ci-dessous :


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire