Un appel pour la suspension des loyers dans l’Indre

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après le confinement, le déconfinement. Mais la crise sociale, elle, s’installe dans la durée. Sur les trois derniers mois, la France enregistre un million de chômeurs en plus. Du jamais vu. Pour la première fois aussi, pôle emploi comptabilise 4,6 millions de personnes sans aucun emploi. Le chiffre n’avait jamais dépassé les 4 millions auparavant. Et ce n’est que le début. Déjà, de nombreuses entreprises annoncent des plan sociaux. C’est le cas dans le département, par exemple, des sites logistiques de La Halle à Issoudun et Montierchaume qui emploient près de 500 personnes.

Dans cette situation, les revenus fondent comme neige au soleil. D’autant plus que pour beaucoup de gens, il a fallu encaisser une baisse de salaire pendant le confinement et son chômage partiel obligatoire. Du coup, pour les petits portes-monnaies, les dépenses sont de plus en plus difficile. C’est le cas des loyers. En France, le taux de pauvreté chez les locataires est deux fois plus élevés que dans le reste de la population. Ainsi, presque un locataire sur trois est pauvre. Selon l’IRES, dans les prochains moins 6 à 7 millions de familles pourraient être dans l’impossibilité de payer leur loyer.

Un appel commun

Cette situation est impossible. Si nous la laissons aller, elle produira des drames humains en série. C’est pourquoi l’association Droit Au Logement (DAL) a lancé une campagne nationale pour la suspension des loyers pour ceux qui en ont besoin. Dans l’Indre, où l’on ne roule pas sur l’or, cette campagne est concrétisée par un appel signé par plusieurs organisations dont La France insoumise, le DAL, la Confédération Nationale du Logement, RESF, la CGT ou encore le NPA. Dans ce texte, ils appellent les bailleurs sociaux du département, OPAS et Scalis et le préfet de l’Indre à faire pression sur le gouvernement pour prononcer un moratoire sur les loyers. Dans l’immédiat, ils leur demandent de lever toutes les sanctions contre les locataires qui ne peuvent plus payer et à mettre en place un fond d’indemnisation.

Une proposition de loi des insoumis

Ce moratoire pourrait être en place depuis longtemps. En effet, depuis le 7 avril 2020, Jean-Luc Mélenchon et les députés insoumis ont déposé une proposition de loi « instaurant un moratoire sur les loyers pendant l’épidémie de Covid-19 ». Mais cette proposition n’a jamais été mise à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale par la majorité LREM. Ils ne manquaient pourtant pas d’arguments : la suspension générale des loyers pendant le confinement aurait couté un peu plus de 8 milliards d’euros … soit trois fois moins que l’effort consenti par l’Etat pour rembourser le chômage partiel aux entreprises privées. Chacun ses priorités.

Vous avez lu cet article jusqu’ici. Il vous a intéressé ?
Abonnez-vous gratuitement à la Newsletter ci-dessous :

Pour s’engager à la France insoumise dans l’Indre :

Vous pouvez également partager cet article sur les réseaux sociaux à l’aide des boutons ci-dessous :


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire