« Nous avons cousu et distribué gratuitement 11 000 masques » – Entretien avec Carole Garguilo (Masques Solidaires 36)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carole Garguilo n’est pas du genre à rester tranquille pendant que le monde s’écroule. Gilet jaune au grand coeur, elle est une figure des ronds-points à partir de novembre 2018. Dans la foulée elle créé avec ses amis de combat l’association Phénix 36 qui se consacre à la solidarité concrète. Pendant le confinement, elle a été l’une des cheville ouvrière de l’initiative « Masques Solidaires 36 ». Elle est revenue pour Ouste sur cette belle aventure mais aussi sur les graves manquements de la puissance publique pendant la crise sanitaire avant les opérations « 1 don = 1 masque » menées en juin avec notamment Châteauroux citoyen

Ouste : Comment est née l’initiative « masques solidaires 36 » ? Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots en quoi elle consiste ?

Carole Garguilo : Mise au chômage technique le 17 mars, j’ai cousu mon 1er masque dès le 18 mars. Très vite j’en ai fait entre 10 et 20 par jour. Le 22 mars, Nicolas Salzard, un entrepreneur en sellerie, a lancé un appel Facebook pour produire des masques avec les machines de son atelier qui ne tournaient plus. Le lendemain, Valentin Halfon, un autre entrepreneur, répondait à l’appel. J’apportai le patronage et la méthode de montage, Nicolas les machines et les premiers matériaux, et Valentin développait un réseau de contacts pour coordonner l’offre d’aide et les demandes de masques. Dans la foulée, la page Facebook « Masques Solidaires 36 » a été ouverte par Valentin, et le collectif ainsi créé s’est enrichi de Ronan Bergot qui mettait les locaux de son entreprise à disposition pour organiser la logistique et Stéphanie Vavassori, en recherche d’emploi, qui venait également en renforts pour la logistique. Tout a très vite fonctionné grâce à la solidarité : certains (particuliers ou entreprises locales) donnaient des tissus, draps, lingettes sèches (filtre), rubans, fils, élastiques, cartons … d’autres proposaient de coudre à domicile.

Ouste : Quels types de masques produisez-vous ? Comment en organisez-vous la distribution ? Vous avez une forte demande ?

Carole Garguilo : Les premiers masques ont été fabriqués sur un modèle préconisé par l’hôpital de Grenoble. Mais dès que l’AFNOR a édité son guide d’exigences minimales, de méthodes d’essais, de confection et d’usage des masques barrières artisanaux, nous avons opté pour un des deux modèles qui étaient préconisés. Il était aussi plus simple et plus rapide à faire, ce qui nous arrangeait pour répondre à la forte demande.

« Un réseau de 40 couturières bénévoles »

En effet nous étions littéralement submergés de demandes. Valentin centralisait les demandes des professionnels : ambulanciers, commerçants, grande distribution, mairies, EHPAD, industries, taxis, aides à domicile, associations caritatives, soignants… De mon côté, suite à un article dans la NR et France Bleu, j’ai reçu plutôt des appels de particuliers de toute la France : plus de 800 masques commandés en 3 jours ! Heureusement un réseau de plus de 40 couturièr.es bénévoles suivait à merveille. Soit elles venaient chercher les tissus prédecoupés par nos soins, les liens, le fil, au local de Ronan, soit nous leur portions à domicile.
C’était même parfois difficile de les suivre et de leur fournir les masques prédecoupés. Nous avons d’ailleurs ponctuellement eu l’aide du 12e BSMAT qui nous a coupé près de 4000 masques.

Sur le 1er mois d’activité, nous avont ainsi pu livrer ou envoyer environ 5000 masques gratuitement, la majorité localement, le reste à travers toute la France. Puis nos 3 entrepreneurs ont dû reprendre leurs activités respectives. Avec Stéphanie nous avons choisi de continuer l’activité de Masques Solidaires 36. Pour cela nous avons été accueillis dans les locaux du Conseil du Bénévolat de Déols pour centraliser toute la logistique : réception des dons de matières, préparation des tissus coupés et des colis à destination des couturièr.es, réception des masques finis, retrait des masques commandés… 6000 autres masques ont encore été fabriqués depuis cette transition, soit plus de 11000 gratuits aujourd’hui.

« Monsieur Macron a raté une occasion de se taire » 

Ouste : Que pensez-vous de la déclaration d’Emmanuel Macron selon laquelle il n’y a jamais eu de pénurie de masques en France ? Sur le terrain, vous avez constaté la pénurie ?

Carole Garguilo : M. Macron a pour moi une nouvelle fois raté une occasion de se taire. Nous avons été contactés par différentes personnes qui ne trouvaient de masque nulle part, ni en tissu, ni jetable, ni dans les magasins, ni en pharmacie, ni sur internet : des particuliers qui souhaitaient se protéger et protéger les autres lors de leurs rares sorties, des entreprises qui devaient continuer ou reprendre leur activité tout en souhaitant protéger leurs salariés et, chose plus grave, des personnels médicaux ou en lien avec le médical ou le soin à la personne.

Ouste : Selon vous, les masques désormais disponibles dans le commerce sont-ils trop chers ? Devraient-ils être gratuits ?

Carole Garguilo : Bien sûr qu’il sont trop cher, surtout quand on voit que certains prix ont explosé de plus de 1000 % ! C’est même scandaleux. Ça fait maintenant plus de 2 mois que nous fabriquons et distribuons des masques gratuitement grâce à la solidarité entre citoyens, alors oui je pense qu’ils devraient être gratuits… pour tous !

Beaucoup de collectifs comme le nôtre se sont créés à travers le pays pour pallier la pénurie que M. Macron nie aujourd’hui. C’est à la fois magnifique et révoltant. Magnifique d’avoir vu de tels élans de solidarité sur tout le territoire, révoltant car cela aurait dû être le rôle de l’État : anticiper et réquisitionner. Rien de tout cela n’a été fait pour protéger la population. Personnellement j’ai eu le sentiment d’être menée en bateau continuellement.

« Les masques devraient être gratuits… pour tous ! »

Ouste : Avez-vous des contacts avec d’autres initiatives citoyennes en rapport avec la situation sanitaire, contre les risques de sous-alimentation notamment ?

Carole Garguilo : Masques Solidaires 36 a permis la création d’un collectif identique juste pour la ville de Mâron. Les nouveaux élus souhaitaient équiper leurs habitants. Ils sont venus nous voir, et ont reproduit le processus localement pour sortir 1200 masques. Nous avons aussi travaillé avec Emmaüs : ils nous ont notamment fourni des élastiques et rubans, nous avons donné des masques pour les compagnons et leurs familles. À l’issue de l’aventure, ils récupéreront les surplus de tissus qui n’auront pas été utilisés pour les masques. Nous avons aussi fourni des masques aux restos du coeur, à solidarité accueil, au restaurant solidaire l’Assiette. Une de nos bénévoles s’est aussi chargée de distribuer des masques aux sans-abri.

Ouste : Quels sont les prochains rendez-vous pour masques solidaires 36 ?

Carole Garguilo : Plusieurs opérations « 1 don = 1 masque » sont prévues :

–  Le 30 mai : au profit des restos du coeur chez Carrefour
– 6 juin : au profit des Emmaüs, chez Emmaüs
– 10, 12 et 13 juin : au profit de diverses associations caritatives locales, à l’initiative de Châteauroux Citoyen, sur les marchés castelroussins (rejoindre l’évènement Facebook ici )
– Deuxième quinzaine de juin : au profit de la banque alimentaire, chez Auchan
Soit encore 3100 masques en prévision !

Ouste : Comment vous aidez ou vous rejoindre ?

Carole Garguilo : Aujourd’hui la demande a bien diminué et c’est tant mieux. Nous allons pouvoir lever le pied à l’issue des opérations « 1 don = 1 masque ». Néanmoins nous souhaitons d’ici mi-juin, prédecouper le maximum des tissus qui nous ont été donnés et continuer à les faire fabriquer à domicile. Ensuite la fabrication continuera de façon moins intensive sachant que beaucoup de couturièr.es à domicile ont repris ou vont reprendre le travail. Alors pour nous aider, vous pouvez soit faire de la coupe à domicile (carré de tissu de 21×21), soit de la couture à domicile. Pour nous contacter vous pouvez passer par la page Facebook Masques Solidaires 36 ou me contacter directement au 06 89 48 72 94.

Pour rejoindre l’évènement des 10, 12 et 13 juin 2020 commun Châteauroux citoyen – Masques Solidaires 36   cliquez ici

Vous avez lu cet article jusqu’ici. Il vous a intéressé ?
Abonnez-vous gratuitement à la Newsletter ci-dessous :

Pour s’engager à la France insoumise dans l’Indre :

Vous pouvez également partager cet article sur les réseaux sociaux à l’aide des boutons ci-dessous :


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire